L’Apothicairerie

L’Hôtel-Dieu et l’Apothicairerie

La première pierre de l’édifice est posée en 1643 et l’Hôtel-Dieu ouvre ses portes aux malades en 1650 grâce à la détermination de deux femmes désirant offrir un lieu d’accueil et de soins aux indigents de la ville et des environs : Marthe de la Beausse, une religieuse baugeoise et Anne de Melun, princesse d’Epinoy qui fournira les fonds nécessaires. L’hôpital fonctionnera jusqu’en 2001.

Dans la salle des malades, on peut découvrir une exposition intitulée « des soins du corps au soin des âmes ». Une collection de plus d’une centaine d’objets, de mobiliers et de tableaux illustre la médecine et ses traitements ainsi que la vie dans un Hôtel-Dieu au 17ème siècle. La chapelle baroque, avec son retable en bois doré, la salle du chapitre et le réfectoire sont les lieux de mémoire de la Communauté des Sœurs Hospitalières de Saint-Joseph qui dispensaient leurs soins aux malades. Situé dans le cloître du couvent, le jardin des simples réunit des plantes qui servaient à la confection des remèdes conservés dans l’Apothicairerie.

Considérée comme l’une des plus anciennes et des mieux conservées de France, classée au titre des monuments historiques depuis 1947, l’Apothicairerie présente depuis1675, dans son écrin d’origine, plus de six cents pots : faïences, pots canon, piluliers, chevrettes, silènes et bouteilles en verre se côtoient sur le mobilier en chêne et noyer de style Louis XIII. Leurs contenus sont aussi mystérieux qu’étranges : sang de dragon, yeux d’écrevisses, poudre de cloportes, doigt de momie….Surplombant l’ensemble, le plafond à caisson dévoile une voûte étoilée montrant ainsi l’importance de l’astrologie dans la pratique de la médecine à cette époque.

Contact

Château et apothicairerie de Baugé
Rue Anne de Melun
Baugé
49150 Baugé-en-Anjou
Tél. 02 41 84 00 74 – Fax 02 41 84 00 75

http://www.chateau-bauge.fr/r2,apothicairerie